Pendule marbre frères Broche Mathieu l’Ainé Merlet Louis XVI

€€

Pendule de cheminée en marbre de Carrare et bronzes doré. Le marbre attribué aux frères Broche originaires de Belfort : Joseph (1740 – après 1807) et Jean Baptiste Ignace (1741 – 1794). Le mouvement est signé Mathieu l’Ainé à Paris et l’émail du cadran est signé Merlet.

Travail français d’époque Louis XVI vers 1780-1790.

Provenance : collection privée Namur

Particulièrement proche de notre femme est la « baigneuse assise » du musée Cognac-Jay à Paris.

CLAUDE MATHIEU dit L’AÎNÉ (1722-après 1812) fils de Claude, jardinier, et de Jeanne Douine. Marié à Jeanne-Marguerite Philipart, puis à Anne Bogotte. Compagnon à Paris en 1743, il présenta son chef-d’œuvre en 1754, et fut reçu par arrêt du 25 juin 1754 qui le releva du défaut d’apprentissage. Il s’établit Rue Neuve des Capucines (1754), rue Saint-Honoré vis-à-vis de l’hôtel de Noailles (1757). Il vendait des montres, des pendules, et des étoffes ; devint en 1793 membre du Jury chargé de décider les questions relatives au nouveau système horaire. Son activité fut reprise par son gendre B.L. Petit.Claude Mathieu utilisa des caisses de P. Delacroix, M. Poisson et des boîtiers de J. de La Feuille. Sa clientèle comptait de grands collectionneurs dont le comte de La Marck. Parmi ses plus importantes créations, citons la pendule Vase à l’Etude et la Géographie (mouvement à cercles tournants indiquant les heures et les minutes, cadran avec indications astronomiques) qui fut livrée pour l’ameublement du palais Michel construit par l’empereur Paul Ier à Saint-Pétersbourg, en 1798. Elle est conservée de nos jours au Grand Palais du Kremlin (fig.1).

Georges Adrien Merlet (1754-1812), l’un des meilleurs émailleurs parisiens de la fin du XVIIIe siècle, avec Joseph Coteau (1740-1801) et Etienne Gobin …

Catégorie :
Dimensions 46 × 19 × 50 cm
Tranche de prix

€€